Si l’on en croit les données publiées par l’OFDT (Observatoire français des drogues et toxicomanies), les ventes de cigarettes ont reculé de plus de 8% au cours du premier trimestre 2018, quand les ventes de tabac à rouler ont plongé de 14%. En même temps, les ventes de substituts nicotiniques ont bondi de 20%.

Le mois de mars 2018 à lui seul a vu une chute de la consommation de cigarette de plus de 19%.

Les industriels du tabac sont inquiets. Pour autant, ils ne manquent pas d’imagination pour refaire leur retard ! Il y a une quarantaine d’années, ils annonçaient la main sur le cœur que le tabac n’était pas nocif et si on en croit certaines de leurs publicités de l’époque, sa consommation permettait d’améliorer les performances sportives. Dans la foulée ils inventaient le filtre en affirmant qu’ils avaient trouvé la parade à la toxicité due à la combustion du tabac. On sait que cela est tout aussi faux ! Mais loin de se décourager ils revenaient à la charge en annonçant triomphalement que les cigarettes légères (light) diminuaient considérablement le danger. On sait aujourd’hui que plus c’est light, plus c’est dangereux !

Pour enrayer la chute des ventes aujourd’hui, ils mettent en avant un nouveau concept et font courir de nouvelles rumeurs.

  1. Toutes les grandes compagnies introduisent peu à peu sur le marché le concept de tabac chauffé ! Matériellement, cela se présente sous la forme d’une sorte de vaporette – mais ce n’est pas une vaporette – ou d’un stylo – mais ce n’est pas non plus un stylo -, dans lesquels on introduit un bâton de tabac que l’on va chauffer. Diverses études réalisées par les industriels du tabac démontrent que cette façon de fumer est beaucoup moins nocive ! Malheureusement plusieurs études menées de manière indépendante démontrent le contraire. Rappelons l’échec plutôt cuisant de la mise sur le marché il y a un peu plus de trois ans de la Ploom qui s’appuyait sur le même concept ! Il est urgent d’attendre d’autres éléments même si on peut pratiquement affirmer que la pyrolyse du tabac produit presque autant de substances nocives et parfois plus ! Rien à voir avec la cigarette électronique !
  2. Beaucoup plus inacceptable encore, devant la chute des ventes de cigarettes et pour l’enrayer, alors que les taxes sur le tabac ont augmenté pour accentuer le recul des ventes, les industriels n’ont pas hésité à rogner sur leurs marges pour compenser tout ou partie de ces taxes, au point que certaines cigarettes sont désormais « moins chères malgré l’augmentation ». Nous attendons une réaction à la hauteur des pouvoirs publics.
  3. Enfin des rumeurs courent ici et là que les industriels diminuent le taux de nicotine de certaines cigarettes pour les rendre moins nocives ! Sauf que la nocivité ne dépend pas du taux de nicotine mais, pour faire simple, de la manière de tirer sur sa cigarette et du nombre de cigarettes fumées.

Reste à vérifier que la baisse de la consommation va se confirmer d’ici fin juin et surtout qu’elle ne va pas être compensée par une augmentation du nombre de fumeurs.

Les industriels ont plus d’un tour dans leur sac et manipulent l’opinion par un marketing agressif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *